Les premières  fondatrices sont signalées dans les communes suivantes :

  • RAMBOUILLET , VERSAILLES ,VIROFLAY , Mesnil Saint DENIS, ELANCOURT, TRAPPES , BRETIGNY sur ORGES, Saint CHERON, COURBEVOIE
  • CORMEILLE EN PARISIS , Saint GRATIEN , MAFFLIERS , VALLANGOUGEARD …

Rappel de la situation en Ile de France fin 2016

infestation 2016 Idf

Pour le 95 les zones critiques sont en couleur sur la carte

infestation 2016 95

Pour 2017 le risque est de l’ordre de 150 nids dans le Val d’Oise. Le Vespa Vélutina est capable de voler jusqu’à 15 voire 40 km, tout le département sera à court terme infesté.

Avec le beau temps, il est possible de piéger quelques ouvrières. Pour les reconnaitre, en début de saison les alvéoles des nids primaires sont petites, les ouvrières sont donc en général plus petites que les fondatrices.

Jusqu’à fin juin, la priorité doit être donnée à :

  1. chasse aux nids primaires
  2. piégeage des fondatrices si présence avérée. Au printemps augmenter la dose en sucre. Les besoins en protéines sont faibles car peu de larves à nourrir, les fondatrices consomment principalement du sucre .

Nos voisins : L’infestation touche la Grande Bretagne (iles de JERSEY et MARIGNY, TETBURY dans le comté de GLOUCESTER, au SO de l’Angleterre.

 Document source référents 95 M. AME

 

mardi 25 avril 2017 15:08

QUESTIONS - REPONSES

 IMGP7767

  • Les butineuses rentrent de grosses quantités de pollen : Tout va bien, l’élevage a commencé, c’est bon signe
  • La colonie ne rentre pas de pollen ou seulement de petites pelotes : A surveiller. Si cette situation perdure c’est qu’elle est peut-être orpheline (attendre fin avril) ou malade (à contrôler de suite)
  • Il n’y a aucune activité : Sans hésitation ouvrir la ruche. Peut-être est-elle morte de faim ou de faiblesse. La grappe était très certainement trop petite pour affronter les rigueurs de l’hiver.

Les abeilles resserrées sur elle-même frémissent encore légèrement. A ce stade, seule solution, les arroser avec un peu d’eau miellée tiède, réduire le volume de la ruche avec des partitions et nourrir .

  • La ruche est morte : A évacuer immédiatement pour éviter tous pillage. A l’atelier il sera possible de rechercher la cause du drame. Tout le matériel sera soigneusement désinfecté avant d’être reconditionné.
  • La planche d’envol est souillée par des déjections : Nous avons affaire à une colonie malade. Il est alors utile de demander conseil à  un Technicien Sanitaire Apicole qui vous aidera à prendre les dispositions nécessaires.
  • Le trou d’envol est bouché par de la neige poudreuse : Ce n’est pas gênant ; la neige poudreuse est perméable à l’air. Elle n’interdit pas les échanges gazeux entre intérieur et extérieur.
  • Trou d’envol fermé par de la glace : La glace est étanche aux échanges gazeux. De plus elle empêche les sorties en cas de nécessité d’un vol de propreté ; il est donc nécessaire de dégager délicatement pour ne pas inquiéter la grappe.
  • Ecoulement d’eau provenant de l’intérieur de la ruche : Par grand froid la vapeur d’eau provenant de la respiration de la grappe se condense sur les parois internes. Lors d’un réchauffement, Cette eau s’écoule par le trou de vol d’autant mieux que les ruches sont inclinées vers l’avant
  • Abeilles mortes sur la planche d’envol : Pas de panique, ce sont de vieilles abeilles que les nettoyeuses n’ont pu évacuer loin de la ruche ;
  • Des abeilles tombent devant la ruche et ne peuvent plus s’envoler : Risque d'intoxication ou maladie.  Si ce phénomène perdure demander conseil à un  T S A.

ps: Article composé avec l'aide de Georges ETIENNE . Durée limitée, il sera archivé dans la rubrique SANITAIRE

mardi 14 mars 2017 22:49
Page 10 sur 13